• 18/10/17
    12h57


    Et un jour, j’ai croisé son regard. Une fraction de seconde, bien en face, et j’ai compris. J’ai lu le reflet de ma vie dans ses yeux foncés, sans même m’y attendre.
    Une fois de plus, j’ai compris que je ne l’aurai jamais. Quelqu’un de trop bien pour moi, que je ne mérite pas.
    Inutile de me le cacher. Je sais très bien ce qui va se passer. Ça ne fonctionnera pas, comme à chaque fois. Comme à chaque fois, je me prendrai un mur en plein visage, je dirai que je n’ai pas mal, et dès que je serai seule, je laisserai les larmes de douleur s’échapper comme l’eau des écluses.

    « I knew your heart was plastic. » Fausseté. Mensonges. Hypocrisie. C’est l’image que je suis parvenue à bâtir de moi, depuis que ces drogues sont entrées dans ma vie. Décadence et peur, c’est ce que je ressens lorsque je rencontre quelqu’un de nouveau. Qui voudrait d’une droguée ou même d’une ex-droguée qui sait très bien qu’elle peut retomber à tout moment ? J’ai brisé des gens, j’ai fait du mal à ma propre famille, j’ai perdu celle que j’aimais, j’ai brûlé mes organes un à un sans même vouloir m’en rendre compte, j’ai flirté avec la mort sans en avertir personne, bien des soirs j’ai hésité à m’endormir par peur de ne plus voir la lumière du soleil suivant. Et bien des matins je me suis réveillée à la fois soulagée et déçue de devoir une journée de plus me noyer dans des gélules et des cachets pour ne pas subir ces émotions physiques que je ne supportais plus. Les tremblements, l’irritabilité, les nausées, l’insomnie, la gorge sèche, et très simplement cette indescriptible sensation de manque. Ces merdes ont détruit ma vie et même si je sais que je suis sur la bonne voie, la voie de la sortie, la voie de la résurrection, cette autodestruction a achevé l’effacement des derniers espoirs que j’avais de faire quelque chose de bien avec ma vie. S’annoncent alors à moi d’interminables années à devoir forcer sans arrêt le destin, relativiser, accepter l’impossible et ne pas essayer ce qui ne peut qu’échouer.

    Une vision que j’ai depuis six bons mois. Et désormais j’ai décidé de me trahir, d’arrêter de voir encore si longtemps le monde avec ces yeux brouillés par des larmes d’insomnie, d’arrêter d’accepter de me rabaisser sans arrêt. Je décide de vivre une nouvelle fois, de tout recommencer, de laisser derrière moi les conneries que j’ai faites avec tant d’ardeur et dont je suis si peu fière. Je fuis cette ancienne vie, et ce mois d’octobre marquera le début d’une existence nouvelle. Quatre mois ont passé, quatre mois à pouvoir ne plus me considérer comme dépendante, quatre mois et quelques accrochages, quatre mois et quelques accrochages dont je me suis relevée avec un courage que je ne soupçonnais même pas.

    Une part de vie que j’ai vue se refléter dans un regard. Un regard qui me permet deux promesses.
    Aujourd’hui, j’ai réussi à promettre que j’arrête de perdre espoir. Aujourd’hui, j’ai réussi à me promettre que les drogues n’auront jamais ma peau.
     

     

    « Si vous croisez mon ex-moi, vous pouvez l’étrangler, lui jeter des pierres, le piétiner ; mais surtout pas l’réveiller, j’veux plus l’voir, j’veux pas croire, qu’il ait pu exister »

     

     

     

     


    votre commentaire
  • 26/07/17 - 2h45

    Un, deux, trois. Quatre, même, pourquoi se priver.
    Attendre. Attendre les effets. La perte de contrôle. Chaque minute devient une petite part d'éternité.
    Ressentir. S'abandonner.
    La raideur de la nuque, la lourdeur de la tête. Le goût étrange sur la langue et la gorge sèche, presque aride. Les jambes comme disparues, les bras fatigués. La vue qui délire et une vague odeur de dépendance au nez.
    Rien. Plus rien. L'abandon du plaisir, si ce n'est celui de la drogue. L'abandon de sa propre vie.
    La chute. La descente. Les nausées, les haut-le-cœur. Le fameux "plus jamais", qui se décline en "demain j'arrête" ou "c'était la dernière fois".
    L'incompréhension au fond de soi. La honte, la peur. La Volonté, avec un grand V. Si fragile.
    Se laisser aller. Abandonner chaque journée. Aveugle, pénétrer dans la spirale.
    Il est trop tard.
    "The light at the end of the tunnel is a train."


    votre commentaire
  • Hier à cet instant précis d'un épisode de série, j'ai vu cette femme. Cette femme qui avait l'intention de se suicider, en s'envolant depuis la fenêtre du sixième étage de l'hôtel où elle logeait. J'avais ce soir envie de décrire ce personnage, mais je ne trouve pas l'inspiration. J'ai peur de faire trop court, ou trop peu précis. J'ai envie de le faire avec le plus de beauté possible, pour rendre la mort poétique.
    C'est poétique, la mort, finalement. Une barrière entre deux choses complètement opposées.
    C'est devant cette page blanche que j'y pense, en me disant que la mort y ressemble. La blancheur, la pureté, l'impossibilité de désobéir, d'être mal-aimé, de subir quoi que ce soit. Plus rien, plus d'idées, plus de douleurs, plus de quêtes, plus de devoirs, plus de soumission. Non, rien, la mort comme une forme d'innocence, la même que l'innocence de l'enfant. La mort comme un retour en arrière jusqu'à l'état de nourrisson que nous avons été. La mort comme une barrière franchissable à tout instant, par celui ou celle qui le désire.
    Est-il nécessaire de mourir ? Je l'ignore. Certainement oui. Rien n'est éternel et c'est plutôt rassurant pour celui qui souffre, celui qui vit la maladie, celui qui n'espère qu'une chose : disparaître sous terre et survivre uniquement par le souvenir qu'en auront ses proches. C'est si beau un souvenir post-mortem, une idée parfaite que l'on garde pour toujours d'un animal, d'une chose, d'une personne qui a partagé notre vie pendant deux minutes, deux ans ou toute notre existence. Les défauts s'effacent dans le souvenir, ne resteront que les beaux moments, les fous rires, les larmes de joie et les visages sans un voile d'erreur.
    D'un autre côté, mourir, c'est subir cette privation de liberté dont on jouit tout au long de sa vie. Rencontrer d'autres gens, se faire plaisir, comprendre, réfléchir sur ce qu'on apprécie, s'adonner à nos plus vastes passions, une liberté dont on se fixe soi-même les limites. Tant pis pour celui qui se sent emprisonné dans une société étriquée ; l'homme libre est celui qui parvient à voir sa liberté à travers les murs qu'on a construits autour de lui.
    La condition d'une mort poétique, c'est sa volonté. Un départ choisi est bien plus beau qu'un départ forcé. Le départ choisi, c'est la preuve de l'acceptation de son manque de liberté, de son désespoir de trouver la joie ou même simplement le bonheur, c'est le désir de passer à autre chose par le moyen le plus radical. Pour changer de vie, il y a ceux qui déménagent dans un autre pays, et il y a ceux qui décident de mourir. De tout laisser derrière eux, d'abandonner leur existence d'avant, de s'offrir une chose nouvelle à laquelle on n'avait jamais pu toucher auparavant.
    Le départ forcé, l'indépendance de la volonté. Une mort qui nous tombe dessus comme une goutte de pluie, une averse à laquelle on n'était pas préparé. Une disparition qui sera cent fois plus regrettée par les proches qu'une mort décidée et pleinement réfléchie. Ce qu'on appelle "tristesse" sera un sentiment éternel, une sensation de n'avoir pas été à la hauteur pour empêcher des circonstances incontrôlées, une émotion négative, celle des remords.
    Chaque chose existe en un temps, c'est un cycle qui se répétera à l'infini, encore et encore, bien après que vous et moi ayons abandonné nos réflexions. La mort est nécessaire, elle laisse place aux sentiments des uns pendant qu'elle démunit certaines autres âmes, trop heurtés par un éternel départ. La mort par suicide est tout de même binaire : elle laisse place à un repos pur, identique au bonheur, recherché par son créateur, tandis qu'elle brisera d'autres esprits par l'opposé moral du bonheur : la misère. Une misère qui est certes justifiée, mais pas nécessaire ; respecter le choix du défunt, et accorder que le cycle est achevé puis recommencera, c'est s'assurer une tristesse qui ne durera pas. Retrouver le bonheur après avoir perdu un compagnon sera la meilleure des joies, dans la mesure où il suffira d'accepter de continuer sans lui, et d'accepter que c'était un choix, ou une simple averse qui peut à tout moment revenir. Être sur ses gardes, être préparé aux éventualités et ne pas faire preuve d'insouciance et de confiance sans arrêt. Qu'il s'agisse d'un abandon de lutte contre le malheur vécu pendant des années, d'une lutte contre une maladie ou d'un accident, toutes les morts seront importantes et expressives. Les plus belles seront celles qui ont été choisies, préparées, adoucies par l'idée du repos, du miracle d'accéder au bonheur, pour l'éternité.

     

    Texte vingt-cinquième, "Départs, poésie et volonté"


    2 commentaires
  • 5 juillet 2017 - 22h54

    Aujourd'hui, je ne sais pas si je dois être heureuse ou triste. Les deux sûrement... Heureuse oui, le bac, on ne l'obtient qu'une fois dans sa vie. Et cette mention, dont je me sens fière, 17 en philosophie, 19 en histoire-géo, ou comment prouver que le travail paie. Je n'en reviens pas vraiment d'un autre côté, je me dis que c'est terminé, que je suis arrivée au bout de plus de dix ans de scolarité, j'ai atteint la limite, j'ai franchi la ligne d'arrivée en brandissant ma récompense. Cette tristesse justement, c'est la nostalgie. Me dire que c'est terminé, c'est fait, je ne retournerai plus au lycée, je ne verrai plus certaines personnes. Les profs qui m'ont accompagnée pendant un ou deux ans, les élèves qui ont partagé mes semaines pendant deux longues années. C'est fini. J'ai l'impression de ne pas avoir assez profité.
    La vie continue, et c'en est d'ailleurs une nouvelle qui commencera en septembre. Autant j'en étais ravie il y a quelques temps, maintenant c'est plutôt l'angoisse qui me gagne, et, comme dit, la nostalgie. Cette peur de ressentir le manque.
    Mais ça ira. Tout finit toujours par s'arranger. Tout s'arrangera.
    Je suis satisfaite de moi et cela, personne ne me l'enlèvera. J'ai atteint mon objectif et je m'en sens bien. Je peux être fière, je pense. Fière d'avoir tout donné pour m'offrir ce que je voulais : l'entrée à la fac. Je pense que je n'aurais pas supporté l'échec de toute façon, je me connais bien. C'est étrange. Je pense que c'est cette haine de l'échec qui m'a motivée à vraiment bosser, pour ne pas rater ce que je m'étais obligée à obtenir. D'un côté, ce n'est pas mauvais.

    On va fêter tout ça avec les potos mardi soir. Onze personnes pour se dire à quel point on a réussi, à quel point on peut se sentir fiers de nous. Maintenant chacun va prendre un chemin différent, chacun va avancer dans son sillage jusqu'au métier de ses envies pour les plus fixés, ou dans l'univers le plus intéressant pour ceux qui ne sont pas encore certains. On y arrivera. Je crois en nous tous. C'est la volonté qui trime, la volonté qui nous tire vers le haut, c'est cette rage d'y parvenir qu'on a tous en nous qui fera qu'on n'aura jamais fait tout ça pour rien. On est les meilleurs.
    L'université sera un autre monde que j'ai hâte de découvrir, malgré tout le bordel qui va autour. Hâte de voir si je m'y épanouis, hâte de voir si j'arriverai à atteindre les trois voire les cinq ans. Hâte de voir ce que je serai devenue d'ici-là, n'étant pas encore parfaitement fixée sur ce que je veux faire.
    Mais avant tout ça il y a les vacances, petite période de deux mois d'insouciance totale dont je vais profiter au maximum.
    Désormais, c'est cap sur le permis de conduire, à passer dans les deux mois à venir pour être tranquille à la rentrée. J'espère l'avoir du premier coup, histoire de me dire que ça aussi, c'est fait. Cependant, l'erreur est humaine Clara, l'erreur est humaine. Le doute existe, et se tromper est possible. Mais crois en toi, le temps fera le reste. Le temps, l'expérience et la confiance seront tes clés pour l'avenir.
    J'y arriverai. J'arriverai ce que j'entreprends, par passion et par motivation. J'ai envie d'y arriver, et si j'échoue, j'arracherai mon succès avec les dents, je transmettrai la rage de vaincre tout autour de moi, et j'obtiendrai ce que je désire. J'y arriverai. J'y croirai.

     

    Texte vingt-quatrième, "Une porte sur l'avenir"


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique