• Texte trente-et-unième, "Extérieur"

    30.03.18
    2h47
    Modifié le 31.03.18 22h20

       Elle traverse la route, prudente, après avoir bien regardé à gauche et à droite plusieurs fois, en respectant le petit pictogramme lumineux vert sur le feu de signalisation. Elle s’approche du bâtiment, démarche spéciale, étrange ; un pantin dont un géant tirerait les ficelles, un jouet mécanique qu’un enfant aurait remonté, un robot sur lequel on aurait activé le pilote automatique.
    Elle s’approche, elle a les yeux vides, froids et humides. La peau pâle, blême, couleur décès proche, couleur cadavre, couleur fantôme, couleur regret. Elle arrive, sourit bêtement, presque instinctivement, ses mains tremblent, ses genoux se heurtent comme si elle avait froid. Elle parle sans desserrer les dents, ses mots se perdent dans une cage de silence létal dont elle seule possède la clé, elle parle peu et à la manière d’une personne ivre, elle parle peu et c’est l’incohérence qui traverse ses lèvres bleutées.

       Elle a échoué.

    Texte trente-et-unième, "Extérieur"


  • Commentaires

    1
    ClemCa
    Mercredi 6 Juin à 13:59
    ClemCa

    oh merde

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :