• Texte trente-deuxième, "Dysfonctionnement général"

    04.05.18
    Les environs de quatorze heures


       Bercée par le froid de la mort qui me nargue. Une angoisse incontrôlable qui régit mes jambes, mes bras, mon esprit. Mes mains crispées impriment les traces de mes ongles pourtant courts dans mes paumes.
       Mes jambes ne me portent plus. Me lever est une épreuve que je n’ose pas entreprendre.
      Dysfonctionnement général. Système nerveux, système sanguin, système digestif, système cardiaque. Il me faudra des heures pour tout remettre en ordre.
    Et il y a ce constant sentiment d’échec. Ce « Je n’y arriverai pas » qui prend une place de plus en plus monumentale. Et ma volonté qui flanche, petit à petit, vaincue par la négativité qui envahit mon cerveau.
       Ma respiration est hésitante. Une fois trop rapide à m’en essouffler au moindre geste, une fois tellement lente que j’ai l’impression d’être en apnée.
    Mon cerveau réagit en différé. Me concentrer pour traverser une route, marcher ou même simplement respirer est devenu un travail qui me demande une précision que je n’aurais jamais imaginée.
      Frissons et transpiration se relayent sous ma peau, parfois se rejoignent et mènent en collaboration l’enfer momentané mais intense que je subis, sans aucune pitié.

       Je ne contrôle plus rien. Plus mes mains qui font ressembler ma feuille à un torchon. Plus mon cerveau, qui peine à aligner les mots, et à les retranscrire au stylo. Plus mes jambes qui se contractent à m’en donner des crampes musculaires.
    Vidée. Aucune énergie, aucune envie, aucune volonté. Une force tout juste suffisante pour maintenir une position correcte sur ma chaise et gribouiller les mots dans la limite de la concentration que je parviens à rassembler.

       L’angoisse me dévore de l’intérieur. Je suis incroyablement fragile, faible, incapable.

       Bienvenue au pays de la crise de manque du sevrage brutal.

     

    Texte trente-deuxième, "Dysfonctionnement général"


  • Commentaires

    1
    ClemCa
    Mercredi 6 Juin à 14:02
    ClemCa

    putain ça fait longtemps que j'avais pas check le site... et putain...

    je n'arrive toujours pas à savoir si c'est fictif ou pas.

    enfin plutôt j'ai oublié.

    Je crois me souvenir que c'est fictif, mais d'un autre côté c'est tellement réaliste...

    t'es sûr que tu vas bien?

    2
    Jeudi 7 Juin à 00:44

    La fiction ne fait plus partie de ma vie malheureusement... Tous mes écrits sont le reflet de ce que je vis. Absolument tout.

    Je garde la tête haute.. Enfin comme je peux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :