• Texte dix-huitième, "Au revoir"

    Je t'écris, pour te dire au revoir. Adieu peut-être, je ne sais pas. Je crois que dans le fond, je n'en ai pas envie. Je ne sais pas. Je suis perdue. Je fige le temps un instant, juste pour te parler. Pour te dire ce que j'ai sur mon petit cœur de pierre, qui a tellement battu pour toi.

     

    Au revoir. C'était pour ça, qu'on s'est battues ? C'est pour ça, qu'on a lutté ? C'est pour ça, qu'on a ignoré le monde entier, juste pour vivre heureuses ? C'est pour tout ça, oui.

    Au revoir. Deux mots si durs à dire, à avouer, à assumer, comme si je souffrais. Ces deux mots que j'avais longtemps espéré ne jamais devoir prononcer, en tous cas pas envers toi. Deux mots que je vide de leur sens à force de les répéter. Je crois que je ne veux pas m'accorder que c'est terminé. Je veux continuer. Mais je sais que ce n'est pas possible.

    Au revoir. Au revoir les batailles, les luttes, l'amour, les fous rires, mais aussi les larmes, les disputes, les douleurs. Je dis au revoir à la motivation que j'avais, à l'ultimatum, à la seconde vie que je sentais couler en moi grâce au "nous". Je dis au revoir à tous les surnoms qu'on se donnait, aux histoires, aux bêtises, aux souvenirs, aux SMS débiles.

    Au revoir. Je t'ai tellement aimée. J'aurais tellement fait pour toi. J'ai tellement bataillé pour t'avoir. J'ai tellement souffert de toi, aussi. Pas beaucoup, mais suffisamment dans la fin pour bien le sentir. Je ne sais pas si c'est si mauvais que ça, qu'on aie réussi à se dire "stop". Aucune de nous n'a abandonné. "Nous" est allé jusqu'au bout. On a forcé pour tout, pour se faire entendre, pour officialiser le Nous. Et jamais je ne l'oublierai.

     

    Au revoir. Je sais qu'aujourd'hui, les journées vont me sembler longues. On s'était tant promis l'une à l'autre que j'ai presque l'impression que cet arrêt est incongru, alors que ce n'est absolument pas une surprise. Je m'y attendais, et toi aussi. Plus rien n'allait. Ces silences, ces silences, mais ces silences, remémore-toi tous ces vides dans nos confrontations, nos discussions froides, nos rencontres distantes à en pleurer. C'était pesant, terriblement pesant. Je n'imaginais pas une relation telle, et toi non plus.

    Au revoir. Au revoir. J'ai envie de te dire à quel point tu as été adorable. Que je crois que tu ne mesures même pas tout ce que tu as fait pour moi, pour "nous", pour ce qui a été la plus belle année de ma vie. Je crois que tu ne mesures pas l'étendue de tout ça. Je crois que tu ne pourras jamais avoir la vision de toi que j'ai. Mais j'aimerais beaucoup que tu t'en rendes compte, ce serait magnifique. T'es une belle personne, A., tu sais, t'es une belle personne. Je n'espère que le meilleur pour toi, pour ton futur, ton avenir. J'espère sincèrement que tu trouveras ce qui te convient le mieux.

    Au revoir. Merci pour ces quatorze mois. Merci pour ce que tu m'as apporté. Merci pour tous les points sur lesquels j'ai pu grandir, grâce à toi. Merci pour ton amour. Merci pour ta présence, ton cœur, ton corps, la place que tu as absolument voulu faire pour moi dans ta vie. Je t'aime et je suis fixée : ce n'est pas un adieu, juste un énième "au revoir".

     

    Merci. ♥


  • Commentaires

    1
    ClemCa
    Mardi 28 Février à 19:25

    c'est... émouvant

    2
    Mercredi 15 Mars à 20:00

    Merci.. ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :