• Poussière 7 - "En une phrase"

    31.03.18

     Elle sait qu’il est dangereux de s’aventurer en dehors de son appartement lorsqu’elle est dans cet état, dans son état second apporté par les médicaments qu’elle a avalés sans raison, elle a la chance d’être saine, d’avoir une santé correcte, et elle n’en profite pas, aujourd’hui il lui reste un corps de dix-huit ans qu’elle a sali par pure volonté ces quatre dernières années, elle peut encore s’en sortir, elle n’y arrive pas, revendique sa dépendance par écrit uniquement, elle a peur d’être jugée, elle a peur d’en parler, elle s’empoisonne gentiment, seule dans le plus grand silence, elle se sait malade d’addiction mais refuse d’admettre que c’est elle qui s’est pris la main pour se noyer dans cet océan de boue, elle culpabilise, voudrait retourner dans le passé pour ne pas sombrer, revivre son adolescence de manière propre et libre, elle ne peut que redevenir maîtresse de l’avenir, de sa vie, de son corps, de son cerveau, qu’ils arrêtent de lui dicter le comportement qu’elle doit tenir au quotidien, comprendre que les drogues ne sont pas une solution, ce n’est qu’une caresse illusoire qui ne la mènera nulle part ; et pourtant elle continue, elle essaie, elle expérimente, elle expérimente de nouvelles substances mais surtout le manque, le sevrage, elle veut quitter cette prison de plexiglas, on dirait qu’elle en a perdu la clé, elle veut fuir cet univers de plastique fragile, de fer-blanc qu’elle croit résistant mais non, pas du tout, rien n’est plus cassant que le monde dans lequel elle vit, rien n’est stable, rien n’est certain, elle le sait, elle veut voler de ses propres ailes, elle commence à en parler, elle démarre des thérapies avant de les abandonner par faiblesse, elle contacte ses amis quand elle va mal, elle cherche du réconfort, des piliers, des gens pour lui poser les barrières qu’elle est incapable de déterminer, bercée par l’habitude elle se convainc que ce n’est plus important et que les risques ont disparu, « Je sais ce que je fais, je sais les doses que je prends, je sais que c’est mal mais juste cette fois allez », elle se sépare de cette vie de taularde petit à petit, elle se sépare de ses drogues, elle commence à réussir et parfois elle trébuche, on la relève comme un enfant, elle se vexe mais elle reprend pied ensuite, elle a décidé de devenir quelqu’un de bien, de faire attention à sa santé, de prendre soin d’elle, elle veut que ses amis lui fassent confiance, elle aime les défis, elle veut les relever haut la main et pour ça elle a besoin du soutien de son entourage qu’elle avait pourtant toujours refusé, elle commence à saisir les mains qu’on lui tend, on dirait qu’elle a retrouvé les clés qu’elle semblait avoir perdu, elle remonte la pente, deux pas en avant un pas en arrière oui c’est sûr, mais bientôt ce sera trois pas en avant pour un seul pas en arrière, et de plus en plus, elle y arrivera, elle mettra la clé dans la serrure, elle trouvera l’énergie qui lui manquait pour tourner et courir dehors, elle quittera tout ça, mais la porte restera ouverte, elle sait qu’elle pourra retomber à n’importe quel moment.
    Elle aura ce but vital de ne jamais regagner cette prison qu’elle a déjà beaucoup trop occupée.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :