• Lundi

    On est lundi. A priori, il est quatre ou cinq heures du matin. Je ne mange plus, je ne dors plus, je ne parle plus. Les gens ici me terrifient. J'ai l'impression que je deviens folle. Ça ne fait que deux jours. Je subis. Je subis encore et encore.
    J'ai appelé un médecin en le suppliant pour avoir ma dose de la journée et un somnifère. Je n'obtiens que le somnifère. Ça fera l'affaire. Je décède. J'ai la tête qui tourne perpétuellement. Je regagne ma chambre.

    Seize heures trente. Dix bonnes heures de sommeil factice. Je ne me sens pas reposée, mais j'ai niqué environ une journée.
    Mon cachet de Subutex et la journée continue. La même question du psy, la même demi-heure de silence qu'hier. Le même « je vous revois demain ». Ouais si tu veux.
    Je me pose devant la télé ou un gars que je n'ai jamais vu zappe entre deux chaînes d'infos. Il ne desserre pas les dents lorsque je le salue. Bienvenue au club des muets.
    Trois heures que je regarde BFM en boucle. Rien de passionnant. Je prends un livre. La Ferme des animaux, d'Orwell. Déjà lu un million de fois, mais rien d'autre ne me tente.

    Vingt-deux heures cinquante. J'ai repéré depuis quelques temps l'ordinateur fixe du salon. J'ai par hasard demandé à l'inf si je peux m'en servir. Grande surprise puisqu'elle me dit oui.
    Vite. Messenger, contacter mes potes et leur dire que je suis encore en vie. Des conversations avec humour qui me font un bien fou. Je meurs de solitude ici et parler avec des gens que je connais me permet enfin de revivre.

    Le deuxième infirmier commence à râler en disant que j'ai passé trop de temps sur cet ordinateur. Je capitule. Je retourne me coucher. J'ai l'impression de ne faire que ça de mes journées.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :